campagne de logo Est-ce que c'est bon ?

Évitez les comportements sexuels qui dépassent les limites d’une autre personne. Si vous n’êtes pas sûr, faites une vérification.

Tant avec vous-même qu’avec l’autre personne.

Les 6 caractéristiques du comportement transfrontalier

Il ne s’agit pas seulement de rapports sexuels, mais aussi de baisers, d’attouchements ou même de commentaires à caractère sexuel. Quand un certain comportement franchit-il la ligne ?

Si l’une des conditions ci-dessous n’est pas remplie, on parle de comportement sexuel transgressif ou inapproprié.

1 Autorisation

Un comportement sexuel n’est acceptable que si toutes les personnes concernées se sentent à l’aise avec lui. Le consentement mutuel signifie que tout le monde est d’accord avec ce qui se passe.

Exemples de cas où le consentement fait défaut :

  • La transmission d’une photo de nu sans l’autorisation de la personne qui figure sur la photo.
  • Après avoir embrassé votre bien-aimé, supposez que vous pouvez aussi faire l’amour et continuer sans permission. Même dans une relation, vous devez obtenir une autorisation.

Consentement = je reçois et donne un oui avant d’aller plus loin sexuellement.

2 Volontariat

Il ne doit y avoir ni coercition, ni tromperie, ni chantage. Vous faites quelque chose parce que vous le voulez. Pas seulement pour rendre l’autre personne heureuse. Ou parce que vous avez peur des conséquences.

Exemples où le caractère volontaire est compromis :

  • Menacer de diffuser de fausses informations sur une personne si vous n’êtes pas autorisé à toucher son corps.
  • Faire du chantage à votre partenaire pour qu’il vous fasse l’amour en disant “si tu ne veux pas faire l’amour avec moi maintenant, tu ne m’aimes pas”.

Volontariat = je ne mets pas quelqu’un sous pression (physiquement ou verbalement). Je n’exerce pas de violence lorsque j’approche quelqu’un sexuellement. Je peux librement dire non.

3 Équivalence

Il est important que vous ayez une position égale. Si l’un a plus de pouvoir ou est plus fort, il est plus difficile pour l’autre de dire non. Par exemple, un contact sexuel avec une personne beaucoup plus jeune ou plus faible n’est pas acceptable.

Exemples de cas où l’équivalence fait défaut :

  • En tant que chiropracteur, essayer de décorer un de vos membres. Sachez que vous avez une position de pouvoir.
  • En tant que professeur de danse, envoyer à un élève des messages flatteurs et des invitations pour des rendez-vous. L’enseignant et l’élève n’ont pas la même position.

Équivalence = je sais que je ne suis pas autorisé à abuser de mon pouvoir (physique, position sociale ou âge). J’ai le sentiment que je peux indiquer mes limites si je le veux.

4 Développement

Le comportement sexuel doit être adapté au stade de développement dans lequel vous vous trouvez. Cela s’applique en particulier aux jeunes.

Exemple :

  • Lorsque deux enfants de 12 ans ont des relations sexuelles, nous nous posons des questions, car cela n’est pas approprié pour leur développement. Même s’ils le font avec une permission et sans pression ou coercition.

Développement = Je me sens tout à fait prêt pour les mesures que je prends et elles correspondent à mon développement.

5 Contexte

Un comportement sexuel sain est adapté à l’environnement. Vous évitez les comportements offensants.

Exemples où il y a un problème avec le contexte :

  • Faire l’amour dans le box d’un magasin où les autres peuvent vous entendre.
  • Regarder du porno sur votre téléphone portable quand vous êtes dans le train.

Contexte = Je tiens compte de mon environnement et je ne fais pas de choses qui dérangent ou choquent les autres.

6 Respect de soi

Parfois, le comportement sexuel cause des dommages physiques, émotionnels ou psychologiques. Vous ne devez pas avoir un comportement qui pourrait vous nuire dans l’un de ces domaines.

Exemple :

  • Ce n’est pas faire preuve de respect pour soi-même et pour son partenaire que de ne pas utiliser de préservatif quand on ne sait pas si le sexe est sans risque.

Respect de soi = je pense aux conséquences de mon comportement sexuel pour moi et je ne procède que si ces conséquences me conviennent.

Vous consultez cette page en tant que professionnel ? Mettez-vous au travail sur ce thème en utilisant le système de drapeaux Sensoa.

Quand y a-t-il des abus sexuels ?

Si l’un des trois premiers critères (consentement, volontariat, équivalence) n’est pas rempli, il s’agit d’un abus sexuel. La dépendance et le pouvoir jouent un rôle important dans les abus sexuels.

Où tracer la limite ? Evaluer différentes situations avec le FlirterTwister

Alors, où pensez-vous que le comportement sexuel est acceptable ? Est-ce que cela signifie la même chose pour quelqu’un d’autre ? Vous pouvez le découvrir en jouant au FlirterTwister.

Jouez à ce jeu avec un ami, votre partenaire, une connaissance ou un collègue et découvrez-le ensemble !

Jouez au FlirterTwister maintenant et découvrez vos propres limites

Faites le contrôle et évitez les comportements transfrontaliers

campagne de logo Est-ce que c'est bon ?

Tout le monde n’a pas la même idée du comportement transfrontalier. Ce qui est bon pour une personne, parfois ne l’est pas pour une autre. Et vice versa. En d’autres termes, il existe une sorte de zone grise en ce qui concerne les limites et le sexe.

Pour que cette zone soit claire et pour déterminer où se situent les limites de chacun, il est important de faire un contrôle sur soi-même ainsi que sur l’autre personne.

Si vous n’êtes pas sûr, faites un réglage intérieur ou vérifiez avec vous-même ainsi qu’avec l’autre personne.

Tout d’abord, vérifiez avec vous-même les caractéristiques des comportements sexuellement transgressifs mentionnés ici.

Vérifiez avec vous-même

  • Est-ce que je reçois des signaux indiquant que l’autre personne consent à l’interaction ? Par exemple : lorsque vous faites un compliment à quelqu’un, est-ce que cette personne réagit positivement, par des mots ou par le langage corporel ?
  • L’autre prend-il également l’initiative ? Par exemple : si vous envoyez des messages de flirt, vous serez répondu ? Ce n’est pas parce que l’autre personne ne répond pas ou continue de répondre que vous avez le feu vert pour continuer.
  • Est-ce que ma position me permet de faire ce que je fais ? Par exemple : en tant que patron ou entraîneur, vous devez être conscient de la position de pouvoir dans laquelle vous vous trouvez et réfléchir soigneusement avant de prendre certaines mesures.
  • L’autre personne peut-elle indiquer si elle n’aime pas quelque chose ? Par exemple : la personne qui doit marquer sa frontière est-elle seule ou en compagnie ? Il est plus facile de refuser si vous n’êtes pas seul et si vous vous sentez soutenu.
  • Outre une différence de pouvoir, y a-t-il d’autres raisons pour lesquelles il est difficile pour l’autre personne de dire non ? Par exemple : si une personne se trouve dans un lieu public, elle peut avoir honte de dire non ou de protester dans cette situation.
  • Il n’y a pas eu de contrainte ? Par exemple : si vous essayez d’embrasser quelqu’un, est-ce l’aboutissement d’une soirée romantique ou de flirt, ou l’autre personne se sent-elle obligée ?
  • Est-il clair que tout va bien si rien ne se passe ? Et qu’il n’y a pas de conséquences ? Par exemple : avez-vous laissé entendre que vous pensiez que quelqu’un est un imbécile s’il ne veut pas continuer à avoir des relations sexuelles ou que cela ne changera pas ?

Il n’est pas toujours facile de déterminer si quelqu’un a agi volontairement. Après tout, lorsque les gens sont sous pression, coercition ou stress, le corps peut réagir de manières très différentes. Dans de telles situations, il n’est pas facile de rejeter ou d’arrêter un comportement sexuel.

C’est pourquoi il est également important de vérifier avec l’autre personne, en cas de doute, si ce que vous faites est correct.

Comportement sexuellement transgressif : vérifier avec l’autre personne

Dans la zone grise, ce n’est pas toujours clair. Heureusement, en cas de doute, vous pouvez aussi simplement écouter ou vérifier avec l’autre personne si elle est toujours d’accord. Vous pouvez littéralement demander :

  • “Est-ce que ça vous plaît tant que ça ?
  • “çava pour vous ?
  • “D’accord pour vous si nous…
  • “Que voulez-vous maintenant ?

Vous pouvez également attendre d’autres signaux. Par exemple, vous pouvez laisser l’autre personne prendre l’initiative et, en attendant, y aller doucement. Soyez également sensible au langage corporel.

Vous souhaitez tester vous-même votre capacité à gérer les souhaits et les limites des autres ? Remplissez ensuite cet auto-test.

Poussez-vous parfois les autres à aller plus loin sexuellement qu’ils ne le voudraient eux-mêmes ? Est-il difficile pour vous d’accepter un non comme réponse ? Alors, travaillez sur vous-même ou laissez-vous guider.

Comment aider lorsque l’on constate un comportement sexuellement transgressif ?

Êtes-vous témoin de harcèlement sexuel, de harcèlement sexuel ou d’agression ?

La réaction des passants peut faire une grande différence pour la personne concernée. Soyez donc vigilants et voyez si vous pouvez faire quelque chose.

1 Aborder les comportements

Vous pouvez vous adresser directement à la personne sur son comportement. Souvent, elle s’arrête et il n’est même pas nécessaire de gâcher l’ambiance pour elle.

On pourrait dire que c’est le cas :

  • “Ce que vous faites est inapproprié.
  • “Que faites-vous maintenant ?
  • “Laissez-le tranquille
  • “Il est clair qu’il n’aime pas ce que vous faites, arrêtez ça.

Soyez bref et précis. N’entrez pas dans une discussion approfondie. Concentrez-vous sur votre objectif : faire en sorte que le comportement cesse et que la personne soit en sécurité.

Cependant, lorsqu’il s’agit de personnes que vous connaissez moins bien ou qui ont une position dominante à votre égard, ce n’est pas toujours facile.

2 Distraction

Vous pouvez également être plus subtil et créer des distractions pour mettre fin à ce comportement. Parfois, il suffit de se tenir à proximité de la personne harcelée.

Surtout lorsque cela se passe dans l’espace public. Votre présence peut suffire à rétablir la sécurité et à faire cesser les comportements indésirables.

Si cela ne vous aide pas, vous pouvez parler à la personne harcelée. Commencez à parler de quelque chose qui n’a rien à voir avec la situation :

  • Posez une question. Par exemple, demandez le chemin des toilettes ou l’heure qu’il est.
  • Faites comme si vous connaissiez la personne harcelée et commencez à parler de quelque chose d’ordinaire.
  • Lorsque vous êtes dans un espace plein, vous pouvez vous mettre “accidentellement” entre eux.
  • Créez accidentellement une agitation en renversant votre boisson ou en laissant tomber quelque chose.

3 Impliquer les autres

  • Parlez à une personne responsable. Par exemple, le chauffeur de bus, le barman, une personne responsable d’un festival, un professeur d’école.
  • Faites participer un ami. Convenez que l’un de vous distraira la personne pendant que l’autre cherchera de l’aide.
  • Parlez à un autre spectateur. Peut-être que celui-ci est mieux placé pour intervenir. Travailler ensemble.
  • Appelez le 911 pour obtenir de l’aide de la police. Avant de le faire, il est préférable d’utiliser la tactique de distraction pour vérifier avec la personne harcelée si elle souhaite le faire.

4 Attendre et voir

Vous n’êtes pas censé vous mettre en danger par ces interventions. Si vous ne pouvez vraiment rien faire pour le moment, vous pouvez toujours être un soutien pour la personne qui est harcelée par la suite.

Parfois, la situation est très courte et vous n’avez pas la possibilité d’intervenir. Il est préférable d’attendre que la situation soit terminée et de lui parler ensuite :

  • Demandez-lui comment ça se passe et dites-lui que vous étiez ennuyé que cela lui soit arrivé.
  • Demandez si vous pouvez faire quelque chose pour la personne.
  • Proposez d’attendre quelqu’un ou de marcher quelque part avec lui.
  • Indiquez que vous pouvez vous joindre à la recherche d’aide ou déposer un rapport si la personne le souhaite.

Foire aux questions

Où pouvez-vous trouver de l’aide en cas de comportement sexuellement transgressif ?

Il s’agit de différentes formes de comportement. Vous trouverez ici de l’aide en cas d’agression sexuelle, de harcèlement sexuel, d’abus sexuel et de viol.

Les comportements transfrontaliers : quelle est leur fréquence ?

Malheureusement, les comportements sexuellement transgressifs sont encore nombreux. Le mouvement #metoo a donné plus de visibilité à ce sujet ces dernières années.

Selon une étude, 17 % des Flamands de moins de 18 ans ont été victimes de comportements sexuellement transgressifs. Elle concerne 1 fille sur 5 et 1 garçon sur 10.

8 % ont subi une transgression sexuelle après l’âge de 18 ans (14 % des femmes contre 2,5 % des hommes).

Tous les faits et chiffres sur les comportements sexuels transfrontaliers des jeunes et des adultes en Belgique.

A quel moment puis-je dire non ou rejeter quelqu’un ?

Vous pouvez toujours arrêter. Celui qui dit “a” doit dire “b”, ne s’applique pas ici. Par exemple :

  • Ce n’est pas parce que vous avez accepté un verre de quelqu’un que vous devez permettre à l’autre personne de vous toucher si vous ne le voulez pas.
  • Ce n’est pas parce que quelqu’un vous a ramené à la maison que vous devez le laisser entrer.
  • Ce n’est pas parce que vous avez envoyé des messages de flirt à une personne rencontrée par l’intermédiaire de Tinder que vous voulez recevoir des photos d’organes génitaux.

Dire “non” ne signifie pas que vous ne voulez rien de cette personne. Ou que vous ne l’aimez pas. Il est parfois important d’expliquer cela :

  • Vous pouvez vouloir embrasser quelqu’un que vous avez rencontré le premier soir, mais sans faire l’amour, et le rencontrer à nouveau.
  • Par exemple, vous dites “non” à votre partenaire parce que vous n’êtes pas d’humeur à avoir des relations sexuelles, mais à vous faire caresser et masturber.
  • Vous préférez peut-être ne pas entendre les compliments de votre collègue sur votre apparence, mais vous voulez travailler agréablement ensemble.

Ne vous sentez donc pas obligés de faire quoi que ce soit. Ce n’est pas parce que vous avez commencé que vous devez le terminer. Vous pouvez indiquer à tout moment si vous voulez toujours, ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas. L’autre personne doit en tenir compte, même si elle trouve cela ennuyeux.

Comment apprendre à reconnaître ses limites ?

  1. Revenez sur les situations du passé. Quand avez-vous eu l’impression que quelqu’un se comportait au-delà de vos limites ? Quel était ce comportement ? Qu’avez-vous ressenti lorsque cela s’est produit ?
  2. Vérifiez avec vous-même. Comment vous sentez-vous lorsque vous êtes dans une situation qui ne vous convient pas ? Que vous dit votre corps ? Quelles sont vos réflexions ?
  3. Suivez votre intuition. Les limites sont très personnelles. Ce qui ne vous convient pas n’est parfois pas un problème pour quelqu’un d’autre. Apprenez à vous faire confiance. Par exemple : certaines personnes n’aiment pas être cajolées, d’autres au contraire aiment ça.
  4. Aimez-vous. Vos souhaits et vos besoins valent autant que la personne avec laquelle vous entrez en contact.
  5. Allez une étape à la fois. Vous avez des doutes ? Vous n’êtes pas sûr de la situation ou vous voulez essayer de repousser une limite ? Faites-le à votre rythme. N’hésitez pas à demander des éclaircissements ou du temps pour vous faire une opinion sur quelque chose.

Comment pouvez-vous fixer vos limites ?

La communication est la clé. Vous développez également votre propre style de communication. Il est important de savoir que vous êtes toujours deux : quelqu’un qui essaie d’indiquer ses limites et quelqu’un qui les écoute.

La personne qui “reçoit” le message est tout aussi importante et doit également entendre et respecter vos limites.

Parler à l’instinct est une bonne idée. Vous pouvez utiliser le I-message :

  • Je n’aime pas ça…
  • Je me sens mal à l’aise avec…
  • Je doute de…

Si vous avez un avis sur ce que vous voulez, vous pouvez également l’indiquer :

  • Ça m’énerve que vous me siffliez. Vous pouvez juste me dire bonjour.

Pourquoi est-il important de fixer vos limites ?

Dire “non” est peut-être difficile à faire, mais c’est payant. Il ne sert à rien de prétendre le contraire. Les avantages de dire non sont :

  1. Si vous dites non, l’autre personne apprend à vous respecter. Même si votre opinion diffère de la sienne.
  2. Vous obtenez le meilleur résultat : ce que vous voulez et ce qui vous fait vous sentir bien dans votre peau.
  3. L’autre apprend à mieux vous connaître : il améliore la qualité de votre interaction ou de votre relation.
  4. Vous évitez de dépasser vos propres limites, et n’avez pas de regrets ou de mauvais sentiments par la suite.

N’oubliez pas que plus le temps passe, plus il devient difficile de dire “non”. Plus on attend, plus il devient difficile pour soi de refuser. Après tout, il arrive que l’autre personne ait déjà d’autres attentes. Il faut oser aller à l’encontre de cela.

Comment puis-je être plus résilient ?

Se défendre soi-même est une compétence que l’on s’apprend en la pratiquant régulièrement.

Pensez à l’avance à ce que vous voulez et à ce que vous ne voulez pas. Surtout, demandez-vous : jusqu’où veux-je aller ? Vous pensez que vous devez faire certaines choses parce que c’est la bonne chose à faire, ou parce que quelqu’un insiste ? Je n’en ai pas. Vous fixez vos propres limites et elles doivent être respectées.

Dites non quand vous sentez que ce n’est pas bien. N’est-ce pas agréable ? Vous n’aimez pas la situation ? Indiquez si elle est douloureuse ou désagréable. Si quelque chose est ennuyeux ou gênant. Vous n’avez pas à positioner ce que vous n’aimez pas. N’attendez pas que l’autre personne en parle. Parfois, il ne sait rien.

Il y a différentes façons de dire non. Dites-le avec un sourire ou une petite touche. Parfois, vous n’avez même pas besoin d’utiliser des mots : enlevez votre main, détournez-vous ou quittez la pièce en disant que vous ne voulez pas.

Eloignez-vous des situations dangereuses. Si votre instinct vous prévient, ne vous contentez pas d’ignorer ce signal. Poursuis-toi. Est-ce que je veux ça ? Quelqu’un sait-il où je suis ? Est-ce que je veux toujours être ici ? Puis-je joindre quelqu’un ?

Pensez-y ensuite. Il s’est avéré que ce n’était pas une expérience si amusante après tout, n’est-ce pas ? Réfléchissez aux causes possibles et tirez des conclusions. Parlez-en à l’autre personne. Il peut aussi être préférable que vous ne vous voyiez plus.

Pratiquer régulièrement. Il peut être gênant de dire non. Plus vous vous défendez, mieux cela fonctionne. Mettez-le donc régulièrement en pratique. Plus vous le faites souvent, plus vous vous l’appropriez et vous vous sentirez plus sûr de vous.

Les comportements transfrontaliers sont-ils punissables ?

De nombreuses formes de comportement sexuellement transgressif sont couvertes par le droit pénal. Vous pouvez trouver ici tous les délits et actes sexuels criminels.

Les hommes ont-ils également des comportements sexuellement transgressifs ?

Les femmes sont plus souvent victimes que les hommes, mais les garçons et les hommes ont également des comportements sexuellement transgressifs.

Beaucoup de gens pensent que les hommes ne peuvent pas devenir des victimes parce qu’ils sont assez forts pour se défendre ou parce qu’en fait les hommes ont toujours envie de faire l’amour. Bien sûr, ce n’est pas vrai.

Les hommes peuvent aussi “geler” lorsqu’ils se trouvent en situation de stress. Ce n’est pas non plus le cas des hommes qui veulent avoir des relations sexuelles avec tout le monde, n’importe quand et n’importe où.

Pour les hommes, il est parfois encore plus difficile de parler aux autres de ce qu’ils ont vécu, ce qui peut rendre la tâche encore plus lourde.

La transgression sexuelle se produit-elle aussi dans les relations ?

Oui, plus encore : chez les adultes, un partenaire ou un ex-partenaire est l’auteur dans la moitié des cas de comportement sexuellement transgressif. Elle se produit également dans les relations à long terme.

Il est important de respecter les limites de chacun dans le cadre d’une relation et d’en parler avec l’autre.

Qui est le plus vulnérable aux comportements sexuellement transgressifs ?

Elle est présente dans toutes les couches de la population. Il existe cependant un certain nombre de groupes spécifiques qui y sont davantage liés :

  • les enfants et les adolescents
  • jeunes adultes
  • les filles et les femmes
  • Les personnes LGBT
  • les personnes qui ont été victimes dans leur enfance
  • transsexuels
  • les personnes handicapées
  • les réfugiés et les demandeurs d’asile

Vous trouverez ici des faits et des chiffres détaillés sur les comportements sexuellement transgressifs de ces groupes.