Le fait d’imposer ou d’imposer des actes à caractère sexuel est puni comme une “atteinte à l’honneur”.

Quand avez-vous été agressée ?

Si quelqu’un vous a touché contre votre volonté ou vous a forcé à faire quelque chose de sexuel (sans pénétration).

Quelqu’un peut, par exemple :

  • toucher vos seins ou vos parties génitales
  • vous obliger à toucher votre propre pénis ou vagin
  • vous obliger à vous déshabiller
  • se déshabiller
  • vous forçant à vous masturber
  • vous obliger à le branler ou à le doigter

Que dit le code pénal sur les agressions ?

Le droit pénal ne donne pas une description stricte des voies de fait. Il appartient donc au tribunal pénal de juger les faits.

Devant la loi, une agression est une violation de l’intégrité sexuelle d’une personne. Ce faisant, la loi cherche à protéger les individus contre les comportements sexuels non autorisés d’autrui.

Le droit pénal fait une distinction entre les agressions avec et sans violence. L’âge de la victime peut constituer une circonstance aggravante.

L’atteinte à l’honneur est différente du harcèlement sexuel, d’une part, et du viol, d’autre part.

    Une voisine sans limites

    Il s’est passé quelque chose hier et je me sens toujours… sale à ce sujet. J’aide souvent ma voisine de seize ans avec son ordinateur.

    Une voisine sans limites

    Quelle est la différence entre une agression et un viol ?

    Le viol implique toujours une pénétration.

    Contrairement aux agressions, le terme “viol” est défini de manière très précise par la loi. Il s’agit de “toute forme de pénétration sexuelle, de quelque nature et par quelque moyen que ce soit, commise sur une personne qui n’y consent pas”.

    La pénétration est, selon la loi, “toute forme d’intrusion dans le corps avec tout objet ou partie du corps”.

    Le viol est puni plus sévèrement que l’agression sexuelle.

    Comme une personne de moins de 16 ans ne peut, selon la loi, consentir à des contacts sexuels, tout contact sexuel avec un mineur de moins de 16 ans est assimilé à une atteinte à l’honneur.

    Quelle est la sanction en cas d’agression ?

    Les agressions sexuelles sur l’honneur d’un adulte peuvent être punies de peines de prison allant de six mois à cinq ans.

    L’octroi de la sanction est un cas complexe qui est examiné par les tribunaux au cas par cas.

    En cas de circonstances aggravantes, le juge peut imposer une peine plus élevée, par exemple :

    • lorsque la victime est jeune
    • si la victime est en position de faiblesse
    • lorsque la violence a été utilisée

    Par exemple, la loi prévoit que si la victime de l’agression est âgée de moins de 16 ans, une peine de 5 à 10 ans (sans violence) ou de 10 à 15 ans (avec violence) est possible.

    J’ai été agressé : aide

    Si vous êtes victime d’une agression, il est important dans un premier temps que vous puissiez vous rendre dans un endroit où vous vous sentez en sécurité.

    Parlez à une personne de confiance

    Il est bon d’en parler à un confident, même si ce n’est pas toujours facile. Cette personne peut également vous aider dans votre recherche d’aide.

    Ligne d’assistance téléphonique 1712

    Appelez le 1712. Cette ligne d’assistance offre une écoute gratuite et anonyme et peut vous orienter vers des conseils supplémentaires si vous le souhaitez.

    Centre de soins après des violences sexuelles

    Un centre de soins après des violences sexuelles se trouve dans un hôpital. Vous trouverez un centre à Gand, Bruxelles et Liège. Il est également possible de bavarder.

    Les Centres de soins proposent :

    • les soins médicaux : les soins aux blessés et le traitement des conséquences des agressions sexuelles
    • la prise en charge psychologique : l’accueil initial et l’orientation ultérieure
    • la police scientifique : identification des blessures, recherche de traces, collecte de preuves en vue d’une éventuelle mise en accusation et d’un procès
    • l’assistance de la policevous pouvez vous plaindre à neerleggen bij la police si vous le souhaitez, à des inspecteurs des moeurs spécialement formés
    • de suivi : à la fois psychique et médicale

    Comment signaler une agression sexuelle ?

    Il n’est pas toujours facile de décider d’aller à la police. Idéalement, vous ne devriez pas attendre trop longtemps avec votre rapport, car la police peut alors encore mener l’essentiel de l’enquête.

    À qui faire rapport :

    • directement à la police
    • par l’intermédiaire de votre médecin
    • via le service d’urgence d’un hôpital

    Ces deux derniers peuvent alors appeler la police pour vous. Sachez que vous pouvez toujours faire appel à un confident pour vous soutenir.

    Déposer un rapport en cas d’agression : comment cela fonctionne-t-il ?

    Votre première réaction est souvent de vous laver le plus rapidement possible. Cependant, si vous voulez déposer une plainte, ce n’est pas une bonne idée. Après tout, votre corps et vos vêtements peuvent contenir des traces importantes. Une plainte passe par les phases suivantes :

    • vous faites une déclaration à la police
    • Vous pouvez faire l’objet d’un examen physique à la recherche de traces
    • vous serez interrogé afin de mettre les choses au clair

    Si vous êtes interrogé alors que vous êtes mineur, l’interrogatoire sera effectué par des personnes spécialement formées à cet effet. Votre interrogatoire sera également enregistré sur vidéo afin que vous n’ayez pas à répéter votre histoire.

    Dépôt d’une déclaration à une date ultérieure

    Vous n’êtes pas encore prêt à porter plainte ? Vous le pouvez. Essayez d’aller chez un médecin ou dans un centre de soins après une agression sexuelle dans le quartier, même si cela fait quelques jours. Un médecin a le secret professionnel et ne peut pas se contenter d’aller à la police.

    Vous avez ainsi fait mener une enquête qui peut servir de preuve si vous souhaitez déposer une plainte ultérieurement.

    Pourquoi signaler une agression sexuelle ?

    • elle peut vous aider dans votre démarche
    • il peut y avoir un suivi juridique
    • vous pouvez aider à prévenir d’autres victimes

    Jusqu’à ce que cela vous arrive, vous ne savez pas ce que je ressens

    Je n’ai jamais été une grande fan de Lady Gaga, mais depuis sa performance aux Oscars, j’ai revu mon opinion.

    Jusqu'à ce que cela vous arrive, vous ne savez pas ce que je ressens

    Témoin d’une agression

    Que faire si vous êtes témoin d’une agression ?

    Supposons que vous soyez témoin d’une agression dans un espace public, par exemple dans la rue ou dans un café. Que pouvez-vous faire ?

    Intervenir en cas de faits violents n’est en aucun cas évident. Chaque situation est différente et vous devrez évaluer (rapidement) ce que vous pouvez faire, sans vous mettre en danger.

    Il existe quelques conseils qui peuvent vous aider en tant que spectateur en cas d’agression.

    Comment réagissez-vous lorsque quelqu’un vous parle d’une agression ?

    Il peut être très éprouvant de voir un enfant ou un adulte se confier à vous pour parler d’une agression ou d’un abus sexuel. Surtout lorsque l’auteur est un membre de la famille ou une personne que vous connaissez.

    Comment pouvez-vous nous aider ?

    • rester calme et écouter
    • laisser la personne finir
    • croit aux faits et ne donne pas d’opinions franches
    • dire à la victime que ce n’est pas sa faute
    • Ne posez pas de questions trop directes sur l’abus (chez les enfants et les adolescents)
    • Chercher une aide appropriée avec la victime

    Vous trouverez ici d’autres conseils sur la meilleure façon d’aider une victime d’agression sexuelle en tant qu’ami ou membre de la famille.

    Parce que je n’ai pas osé dire “non

    Le mouvement de jeunesse a toujours été important. Mais après ça avec Sander, je me sens sale et en colère. Et le pire, c’est que je ne sais même pas s’il est coupable.

    l'expérience de l'agression sexuelle

    Foire aux questions

    Suis-je vraiment agressé si je n’ai pas rejeté l’autre ou si je ne me suis pas défendu ?

    Oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui, oui. Après tout, lorsque vous êtes confronté à un comportement sexuellement transgressif, c’est une situation stressante.

    Notre corps peut alors réagir de 4 manières différentes. Toutefois, cela ne précède pas un processus de choix conscient. Nos hormones prennent le dessus et déterminent en grande partie notre réaction.

    • Combattre (combat). Votre corps se met en mode combat et vous allez vous défendre avec acharnement.
    • Vol (vols). Nos corps peuvent également tirer en mode vol. Ensuite, vous essaierez de fuir, parfois littéralement de fuir la situation.

    Beaucoup de gens pensent à l’avance qu’ils réagiraient à la violence sexuelle de deux manières.

    • Geler (gel). Mais il est également possible que votre corps “gèle” et que vous ne fassiez rien. Même si vous voulez vous enfuir ou vous battre, les hormones de votre corps provoquent une sorte de “pause”.
    • Fawn (coopérer). Il est également possible que vous fassiez tout ce que vous pouvez pour faire disparaître la situation le plus rapidement possible, et que vous coopériez même pour prévenir des abus ou des violences plus graves.

    Ce sont toutes des réactions très normales de notre corps qui passe en mode de survie en raison d’une situation menaçante. Des réactions sur lesquelles nous n’avons que peu de contrôle. Ce n’est pas parce que vous ne ripostez pas que vous n’avez pas été agressé.

    Que signifie la coercition selon la loi ?

    Par contrainte, la loi entend tous les actes sexuels qui ont été imposés ou imposés de quelque manière que ce soit.

    Par la force, le chantage, une ruse, une récompense, par exemple. Quelqu’un peut aussi forcer le sexe en abusant d’une position dominante.

    Est-ce ma propre faute si j’ai été agressé ?

    Non.

    Ce n’est jamais la faute de la victime. L’auteur a franchi la frontière et en porte la responsabilité.

    Ce n’est donc pas parce que vous marchiez dans la rue la nuit, parce que vous portiez des vêtements peu ou pas sexy ou parce que vous avez bu que ce qui vous est arrivé est de votre faute.

    Certaines personnes accusent la victime. Ce n’est pas correct. Non seulement nous absolvons l’auteur de l’infraction de sa culpabilité, mais cela est également très blessant pour les victimes. Des victimes qui luttent quand même avec la culpabilité, même si elles n’ont rien fait de mal.